Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2012 4 22 /03 /mars /2012 10:57

Résolution de mars : Travailler sa communication personnelle pour éviter les conflits


Et si on évitait le « Carnage » ?

Il y a des films qui en disent plus sur ce que nous sommes que la seule histoire qu’ils veulent bien nous raconter. Carnage, dernier opus sorti en décembre dernier du désormais « sulfureux » Roman Polanski, appartient indiscutablement à cette catégorie.
Son point de départ, qui a séduit près de 300 000 spectateurs, est pourtant on ne peut plus simple : « Dans un jardin public, deux enfants de 11 ans se bagarrent et se blessent. Les parents de la "victime" demandent à s'expliquer avec les parents du "coupable" et se rendent pour cela au domicile de ces-derniers. Rapidement, les échanges cordiaux cèdent le pas à l'affrontement. Une seule question désormais : où s'arrêtera le carnage ? »
Au-dede la jubilation indéniable provoquée par le délitement progressif des relations entre ces deux couples, ce sont bien en réalité toutes les étapes, tous les processus habituels de genèse puis de développement du conflit  qui se jouent sous nos yeux ahuris.

Chronique d’un conflit annoncé

Premier écueil, les parents du soi-disant « coupable » ne voient pas l’intérêt de cette discussion improvisée et se sont en réalité déplacés « quelques minutes parce qu’ils passaient par là », soit plus par convenance que par conviction profonde. En effet, pour les Cowan, au fonds « les enfants se bagarrent dans les cours de récrés depuis des temps immémoriaux, il en va de la loi de la nature et il n’y a rien de bien grave à cela ».  
Voila qui a le don d’irriter au plus au point des  Longstreet pour qui cet échange est au contraire absolument nécessaire dans la mesure où non seulement il permettra à leur fils de « se voir reconnu dans son statut de victime, de se reconstruire » mais aussi et surtout car il rappellera à tous, camarades et parents compris, qu’il est « grand temps pour tous de quitter le monde des cavernes et de se comporter en véritables citoyens»…  
Moralité, sans perception partagée de la nature exacte du conflit mais surtout sans volonté commune de trouver une solution, inutile de commencer à discuter… sous peine de continuer pour longtemps à s’énerver.

« Regarde ta propre part au désordre dont tu te plains… »

Au-delà, sur cette incapacité originelle à s’accorder sur la teneur du conflit, vont venir progressivement se greffer d’autres catalyseurs.  
Tout d’abord, au regard des valeurs, tout semble opposer ces deux couples. D’un côté donc, Nancy et Alan Cowan, joués respectivement par Kate Winslett et Christoph Walz, pour qui « réussite sociale » rime avec argent, Rolex, apparence, recherche constante de la perfection, valorisation de l’effort et pragmatisme …..
De l’autre Pénélope et Michael Longstreet (incarnés par Jodie Foster et John C. Reilly), qui associent la réussite à l’épanouissement personnel, la découverte de l’autre, l’éducation, le soin, le développement durable, l’art et la créativité, la liberté… et l’idéalisme forcené. Le tout matérialisé par une volonté récurrente d’imposer le « crumble pomme banane » comme maitre étalon culinaire.

La véritable définition du conflit

Absolument tout donc, des comportements à la gestuelle en passant par les réactions sous stress rappellent constamment au spectateur l’antagonisme entre ces deux couples. Où quand l’épure, l’économie de gestes, le vocabulaire châtié voire le classicisme vestimentaire des Cowan rencontre pêle- mêle le sourire béat, le pull rouge à col roulé, la voix qui porte et la main sur l’épaule des Longstreet.
Voila qui, pour les initiés de la Process Communication Management (PCM) vaudrait sans nul doute aux Cowan le sobriquet de « persévérants » et aux Longstreet celui d’ « empathiques rebelles »…   
Au fond, pas plus les Longstreet que les Cowan n’ont ici raison ou tort. Les victimes, adultes comme enfants, ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Voici simplement deux couples qui fonctionnent sur des registres radicalement différents et qui, au milieu de ce carnage, par absence totale d’empathie, laissent émerger en creux la véritable définition du conflit : « un antagonisme de personnes, d’opinions, de valeurs, de croyances, … »

"De toutes façons  c’est de ma faute, ça m’apprendra à faire des efforts"

Du point de vue de Peneloppe Longtreet par exemple, le principal déshonneur d’Alan Cowan réside dans sa fonction d’ « avocat et conseiller en communication pour l’industrie pharmaceutique ».  Mais, devant l’absence totale de réaction d’Alan face à cette tentative larvée de pique , Pénéloppe ne peut s’empêcher de fondre en larme et commence même, recroquevillée sur son canapé, un verre à la main, à tout remettre en question : dans l’ordre « cette discussion qui ne sert à rien avec des gens qui ne comprennent rien à rien» puis ses propres initiatives : « de toutes façons  c’est de ma faute, ça m’apprendra à faire des efforts, je n’aurais  jamais essayez de vous inviter». En somme, en pleine « descente sous stress » (terminologie PCM) Peneloppe se comporte en parfaite « empathique rebelle »  passant de la créativité et de l’ouverture aux autres à la provocation inutile et à la dévalorisation de soi. Un simple « merci pour ce que vous faîtes pour nos enfants, vous au moins vous êtes différente » lancé par Alan aurait peut-être pu stopper le dieu du carnage. Mais de « merci » il n’y aura point.
Point de « merci » car Alan, en bon « persévérant », passe progressivement d’un réel engagement à défendre ses convictions à un combat de tranchées pour défendre ses certitudes. Et le voila qui à son tour « descend sous stress », part en croisade contre Peneloppe. La Rolex au poignet et le portable vissé à l’oreille, il assène qu’il n’a de toute façon « ni le temps ni l’intention de recevoir de leçons d’un couple qui visiblement part complètement à volo et où madame a très clairement une tendance à la boisson » puis refuse purement et simplement tout échange « tant qu’on n’aura pas écrit clairement que son fils était bien muni et non armé d’un bâton ! »… avant de faire remarquer que lui, bien entendu, à « un vrai métier avec des vraies responsabilités, qui l’amènent même à plaider jusqu’au pentagone ! »

Et si on évitait le Carnage

Au final entre Longstreet et Cowan, point d’écoute ni la moindre empathie. Chacun se laisse aller au joug de ses émotions pures, à ses propres « drivers » (ces « moteurs » qui selon la terminologie PCM guident inconsciemment nos actions). Nous voici donc embarqués une heure vingt durant pour un festival de souffrances et de comportements tout aussi pyromanes  que manipulateurs… comportements et festivals qu’il vous faudra, et bien plus encore, absolument découvrir en DVD
Mais vous, oui vous, s’il vous apparait important d’éviter de tenter les montagnes russes,  si vous souhaitez sortir par le haut de ces situations conflictuelles pro ou perso si souvent génératrices de frustrations quotidiennes, alors il  vous faudra déjà apprendre à intégrer votre propre mode de fonctionnement,  à cerner la nature réelle de vos exigences personnelles bref à décoder votre propre part aux désordres dont vous vous plaignez. Puis, sans doute, il vous faudra également découvrir et  maitriser  une méthodologie simple et des outils efficaces  pour amener l’autre à laisser sur le bas côté le dieu du carnage.

Une bagarre, quelle bagarre ?

Bon, quid de nos fameux « chérubins » dans l’histoire?  Et bien, amis « empathiques » soyez rassurés, il y a bien longtemps que les deux se sont réconciliés… et qu’ils ont même laissé aux « adultes » le joyeux privilège de s’écharper.


Stéphane Flahaut pour MANEGERE

Partager cet article

Repost 0
Published by manegereafrique - dans RESOLUTIONS 2012
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de manegereafrique
  • Le blog de manegereafrique
  • : Mane Gere Associés est un cabinet africain ayant des entités au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Niger, au Sénégal, en Tunisie et en France, nous offrons quatre (4) types de prestation à savoir : - le Recrutement, - les formations sur mesure, - l’ingénierie pédagogique, - l’accompagnement performance. Et nos trois (3) domaines de compétences en formation sont le Management, l’Efficacité commerciale et le Développement personnel.
  • Contact

Recherche

Liens